Arrêter de fumer grâce à l’hypnose

L’hypnose est souvent associée à l’arrêt du tabac et au sevrage nicotinique. Vous vous demandez peut-être pourquoi ? Est-ce que cette méthode fonctionne vraiment mieux que les autres ? Oui, nous allons voir pourquoi. Les informations qui vont suivre ont également pour but de vous expliquer pourquoi les vidéos sur internet ou les fichiers audios avec des séances d’hypnose préenregistrées fonctionnent moins bien qu’une vraie séance personnalisée avec un praticien.
Près d’un fumeur sur deux déclare avoir envie d’arrêter de fumer. Que ce soit pour économiser de l’argent ou pour retrouver une meilleure qualité de vie, les motivations ne manquent pas. Mais malgré une volonté de fer, l’utilisation de substituts nicotiniques ou encore le soutien de leur entourage, beaucoup de ceux qui cherchent à arrêter seuls constatent qu’entre le vouloir et le faire, il y a tout un désert d’aléas, d’incertitudes et d’épreuves.
 
C’est la raison pour laquelle il est plus efficace et aussi plus rapide de se faire aider par un professionnel pour atteindre cet objectif. Cela est plus efficace, car les personnes qui arrêtent seules ont parfois tendance à remplacer leur addiction par une autre habitude qui ne leur convient pas : grignotage, café, etc. Par rapport à une séance d’hypnose préenregistrée, une vraie séance à mon cabinet s’adaptera à vous. À qui vous êtes, à comment ce problème se structure dans votre vie de tous les jours.
L’esprit humain est subtil. Il est fait de symboles, d’habitude, de désirs, de compulsions, de forces et de résistances. Il est nécessaire de prendre tout cela en compte au cours d’une séance. C’est parce que le propre de l’hypnose est justement d’étudier, de comprendre et d’agir sur ce mystérieux esprit qui est le nôtre que de toutes les manières de se faire aider pour arrêter le tabac, l’hypnose est celle qui obtient les meilleurs résultats. À ce jour, la technique que j’utilise a permis à plus de trois mille personnes de se libérer de la cigarette et de retrouver une meilleure qualité de vie.
Avant que le mot « hypnose » n’existe, les guérisseurs et chamans de tout temps ont utilisé les mêmes processus que nous utilisons en hypnose. Ils utilisaient des tambours, des chants, des rituels afin de soulager leurs semblables. Les progrès de la médecine et de la psychologie depuis deux siècles permettent aujourd’hui d’utiliser ces états de conscience alternatifs de façon plus précise. Pour les plus curieux, vous pouvez lire l’approche historique de l’hypnose que je vous propose dans un autre article afin d’en apprendre davantage.
Pourquoi l’hypnose préenregistrée fonctionne-t-elle moins bien ?

Il est aujourd’hui possible de trouver sur YouTube ou d’acheter sur certains sites des fichiers vidéos et audios qui se présentent sous la forme de séances d’hypnose préenregistrées pour en finir avec la cigarette. Il y a également des livres qui proposent des solutions pour arrêter de fumer. Certaines personnes y parviennent grâce à ces outils et c’est tant mieux pour elles ! Hélas, de nombreuses autres ne constatent que des améliorations temporaires et en déduisent que l’hypnose ne fonctionne pas sur elles.

 
En vérité, l’hypnose fonctionne sur tout le monde. Ce que les gens ne savent généralement pas, c’est que ce ne sont pas les mots du thérapeute qui hypnotisent, mais ce que le consultant fait avec. Le rôle du thérapeute est – entre autres – de comprendre comment le consultant interagit avec les consignes qui lui sont données. Le premier point à comprendre, c’est que le thérapeute va s’adapter à votre manière d’appréhender les choses. Par exemple sur la cigarette, êtes-vous plutôt sensible au goût, à l’odeur, au moment ?
Dans les fichiers préenregistrés, comme cette étape de compréhension et de personnalisation est impossible, certains scripts passent par le menu, dans une sorte de liste à la Prévert, l’ensemble des causes et conséquences possibles de votre addiction. L’idée derrière est qu’avec le nombre, la qualité viendra et que vous finirez bien par trouver votre bonheur au milieu de toutes ces suggestions.
 
Mais en hypnose, le mieux est l’ennemi du bien. Certaines personnes ont besoin d’une séance d’une heure d’hypnose, d’autres de deux. Les séances pour l’arrêt de la cigarette que je fais à mon cabinet durent parfois plus de trois heures ! L’hypnose se fait par étapes, quand les objectifs de l’étape sont atteints, nous passons à la suivante.
 
Avec certaines personnes, nous aurons besoin de passer trois quarts d’heure sur l’anamnèse et le prétalk tandis qu’avec d’autres dix minutes suffiront.
 
Le mieux est l’ennemi du bien, parce que chaque étape a besoin de durer précisément le temps nécessaire ; ni plus ni moins. Par exemple l’induction a pour but de vous amener en état d’hypnose formelle. Lorsque vous êtes arrivés dans le bon état, votre inconscient est prêt à travailler. Si au lieu de travailler nous continuons l’induction, nous allons manquer la « fenêtre de tir » où votre inconscient pourrait réaliser le meilleur travail.
 
Le thérapeute est utile également pour vous protéger. La cigarette peut parfois être un moindre mal. J’ai reçu un jour un homme qui était un ancien alcoolique, un ancien drogué. Au cours de l’anamnèse, qui avait duré particulièrement longtemps, je pus me rendre compte que la cigarette était une sorte de béquille psychologique pour lui.
En prenant toutes les précautions du monde, je l’ai hypnotisé et ai amené son esprit à traiter l’arrêt de la cigarette. À la fin de la séance, l’homme a ressenti une terrible douleur au ventre, qui ne s’est arrêté que lorsqu’il reprit une cigarette. 
 
Lorsque l’arrêt de la cigarette n’est pas correctement mené sur des personnes ayant certaines fragilités psychologiques, il peut avoir des effets désastreux. C’est, je crois, la raison pour laquelle certaines personnes imaginent qu’elles vont obligatoirement prendre du poids en arrêtant de fumer. C’est faux. Les non-fumeurs ne sont pas en surpoids par rapport aux fumeurs. Mon objectif est de vous faire redevenir non-fumeur, tout simplement.
 
Dans le cas de cet homme que je viens de citer, je considère que l’hypnose a fonctionné puisqu’elle a permis de révéler l’utilité de la cigarette par rapport à sa construction psychologique. Ce cas est très rare, mais lorsqu’il survient, lorsqu’un individu a besoin de préserver son équilibre psychologique au moyen d’une béquille, il est important d’être capable de le déceler.
 
L’hypnose n’est pas une reprogrammation, c’est un rapport avec votre inconscient. On ne supprime pas, on n’installe pas de nouveaux programmes en hypnose, on suscite stratégiquement un nouveau rapport entre un individu et son environnement.
 
C’est la raison qui fait que, pour que l’hypnose soit véritablement efficace, le thérapeute doit utiliser vos propres mots. Ceux que vous employez le jour de la séance. Ceux qui signifient véritablement quelque chose pour votre inconscient. Les séances préenregistrées, par définition, n’utilisent pas vos propres mots. Donc vous êtes obligés, consciemment et inconsciemment, d’effectuer un travail de « traduction » au cours duquel vous chercherez à vous approprier le sens de ce qui est dit.
Par exemple, si vous dites « je veux arrêter de fumer des clopes » et qu’au cours de la séance enregistrée le praticien dit « Vous voulez arrêter de fumer des cigarettes », le sens conscient est intégralement préservé, mais à un niveau inconscient, le travail sera moins efficace, car les mots « clopes » et « cigarette » ne vont pas renvoyer aux mêmes circuits neuronaux.
Pour construire ma méthode, j’ai copié Freud : j’ai mis des gens en hypnose profonde pendant des heures afin de questionner leur inconscient. J’ai demandé à leur inconscient « qu’est-ce que c’était que la faim » et je travaille sur le côté beaucoup plus animal de l’alimentation : les animaux sauvages ne souffrent pas de troubles alimentaires lorsqu’ils se fient à leur instinct.
Mon travail n’est pas de vous dire que vous devez perdre du poids, ou encore comment le perdre. Si votre médecin vous a aiguillé vers moi, mon travail est de vous réapprendre ce qu’est la faim. Parfois il m’arrive aussi de réapprendre aux gens ce qu’est la satiété, mais la plupart du temps, les choses se régulent d’elle-même dès lors que vous reprenez le contact avec votre corps.
J’utilise l’hypnose et l’énergétique pour apporter du chaos dans votre comportement alimentaire. Ernest Rossi (voir article) l’un des élèves d’Erickson, a mis en avant le rôle prépondérant du chaos dans la psychothérapie. Le chaos fascine et déstabilise. Certaines personnes m’avouent en séance « Je ne comprends plus rien de ce que je dois faire » ; c’est lorsque vous ne comprenez plus rien, que vous lâchez prise, que commence le changement.
Mon objectif est de vous amener progressivement, par ce chaos, à déstructurer votre problématique en apprenant ce qu’est la véritable faim, en apprenant à l’identifier lorsqu’elle se manifeste afin que vous puissiez découvrir par vous même ce que vous avez besoin de manger et en quelles quantités.
Je demande aux gens de ne faire qu’une séance et d’observer par eux-même les résultats. Si ma méthode leur convient, ils peuvent ensuite revenir faire la suite. Chaque séance doit être efficace, chaque séance, en apportant le chaos, vous amène à réinterpréter totalement le rapport que vous entretenez avec la nourriture ainsi qu’avec vous-même.
Ce qu’il faut comprendre, c’est que votre volonté s’inscrit dans un cadre : votre corps, votre entourage, votre passé, vos rêves, etc. Toutes les méthodes non personnalisées d’arrêt du tabac par l’hypnose, c’est-à-dire toute hypnose préenregistrée, qui n’a pas été construite avec vos mots et en tenant compte de qui vous êtes aujourd’hui, fonctionnent moins bien, car en ne tenant pas compte de ces cadres, l’hypnose s’impose à vous à la manière de suggestions extérieures à vous-même et limitées dans le temps.
Est-il possible d’arrêter de fumer grâce à l’hypnose de spectacle ?
Oui et non. Il est possible d’arrêter en lisant un livre, en parlant avec un ami, ou tout simplement un beau matin en se disant « maintenant j’arrête le tabac ! » Parfois il suffit d’un déclencheur, d’une prise de conscience et elle peut se produire n’importe quand. Mais si vous alliez voir un hypnotiseur de spectacle plutôt qu’un hypnothérapeute ericksonien pour arrêter de fumer, vous vous demanderiez peut-être : quelles sont les différences entre les deux approches ?
Déjà, notons que les personnes qui ne sont « pas sensible » à l’hypnose de spectacle peuvent tout à fait arrêter de fumer avec l’hypnose ericksonienne alors qu’un hypnotiseur de spectacle serait incapable de travailler avec elle.
Cela vient du fait qu’indépendamment de l’état d’hypnose à proprement parler, l’hypnotiseur ericksonien utilise également les structures de l’hypnose (voir article sur Milton Erickson). Ainsi pour un hypnotiseur ericksonien, le travail commence avant l’hypnose formelle. Pour un hypnotiseur de spectacle, le travail commence dès que la personne entre en état d’hypnose.
La nature de ce travail est très différente également. L’hypnotiseur de spectacle donne des suggestions. Par exemple « maintenant vous êtes dégoûté de la cigarette ». Ce travail n’intègre pas à proprement parler le travail de l’inconscient. L’inconscient y est considéré comme une sorte d’automate mécanique dont la seule fonction serait de suivre les instructions qui lui sont données.
Pour bien comprendre la différence, imaginons que vous ayez chez vous un de ces nouveaux appareils d’assistants vocaux soi-disant intelligents. Vous pouvez demander « Alexa, quel est le poids d’une pomme ? » et le programme informatique va chercher sur internet les réponses qui apparaissent lorsqu’on entre ces instructions. On peut lui demander « Siri, éteins la lumière » dans le cas où la maison serait équipée en domotique, c’est-à-dire « connectée » au réseau.
Maintenant, imaginez que vous demandiez « Alexa, je n’arrive pas à arrêter de fumer, qu’est-ce que tu pourrais faire pour m’aider ? » Peut-être l’assistant vocal vous aiguillera sur mon site ou vers Amazon pour acheter des patchs nicotiniques, mais il ne pourra rien faire de plus. Il ne pourra pas « réfléchir à une solution ».
Pour Pierre Janet, l’un des pionniers de la science psychologique, l’intelligence revêt deux aspects primordiaux : la capacité à comprendre, mais aussi la capacité à agir de manière innovante.
C’est précisément la raison pour laquelle le terme d’intelligence artificielle est galvaudé : une machine ne sait rien faire de plus que ce qu’on lui a appris à faire. Nous pouvons avoir l’impression d’avoir été compris, mais en vérité il n’y a que de la ligne de code derrière. Quand un ordinateur gagne un joueur d’échec ou de go, ce n’est pas que l’ordinateur est « plus intelligent ». C’est que toutes les possibilités du jeu ont été calculées. Le jeu sait donc grâce à des statistiques que dans telle configuration des pièces, il lui suffit de réaliser tel mouvement pour se diriger vers la victoire.
Lorsqu’un hypnotiseur de spectacle suggère « Maintenant vous allez arrêter de fumer » il s’adresse à l’inconscient comme si c’était un assistant vocal personnel. Deux cas de figure se présentent alors : soit l’esprit est équipé en domotique, pour reprendre la métaphore précédente. Dans ce cas-là il existe une sorte d’interrupteur « on/off » qui règle l’arrêt du tabac. Et dans ce cas là la personne arrête effectivement.
Soit ce bouton on/off n’existe pas et quand on suggère à quelqu’un d’arrêter de fumer c’est un autre phénomène qui se produit. L’esprit inconscient va… réfléchir. L’esprit inconscient va se poser la question de savoir comment répondre favorablement à cette suggestion. De là plusieurs solutions peuvent émerger : la personne peut se sentir écœurée par le tabac, elle peut reporter son addiction sur d’autres choses… Elle peut aussi arrêter de fumer tout à fait sereinement, l’esprit peut trouver tout seul la solution à son problème suite à l’unique impulsion que l’hypnotiseur de spectacle aura fournie.
En hypnose de spectacle, on n’a pas besoin que l’inconscient réfléchisse. On a besoin qu’il agisse. C’est pour ça que tout le monde n’est pas hypnotisable dans le contexte d’un spectacle : certains inconscients sont plus doués que d’autres pour se comporter selon les instructions de l’hypnotiseur. C’est une capacité qui peut être entraînée chez chacun, mais l’hypnotiseur de spectacle souhaite avant tout proposer un spectacle drôle et divertissant : il n’a pas le temps d’entraîner l’inconscient.
En hypnose ericksonienne, cette capacité de réflexion de l’inconscient est fondamentale. Pour simplifier à l’extrême le sens de la démarche, nous pourrions dire que l’hypnotiseur ericksonnien demande à l’inconscient « Comment est-ce que tu pourrais arrêter de fumer ? » avant de suggérer l’arrêt du tabac.
On pourrait supposer que chez l’hypnotiseur de spectacle, cette étape où l’on demande à l’inconscient de réfléchir est implicite. Quand l’hypnose fonctionne, on pourrait en déduire qu’effectivement, l’inconscient a accompli ce travail de réflexion sans qu’il lui soit explicitement demandé de le faire.
Mais plus que de demander « Réfléchis ! » à l’inconscient, l’hypnotiseur ericksonien va analyser votre personnalité, votre manière d’agir, de réfléchir quels sont vos blocages, etc. dans le but d’inviter votre inconscient à réfléchir d’une manière particulière et à des sujets précis : c’est la stratégie.
Quand vous demandez à votre assistant vocal d’éteindre la lumière, il n’y a aucun obstacle qui l’empêche de le faire. Quand vous demandez à votre inconscient d’arrêter de fumer, la plupart du temps il y a des blocages, des résistances, des dissonances cognitives, etc. qui interviennent.
Le propre de l’hypnose ericksonienne est donc de tenir compte de la construction psychologique spécifique d’un individu ainsi que des caractéristiques de l’inconscient afin d’utiliser les deux en symbiose. C’est à ce prix que les changements interviennent dans la durée.
Les personnes qui arrêtent avec des méthodes qui ne tiennent pas compte de leur identité ou du fonctionnement de leur inconscient, reprennent souvent au bout de quelques jours. Parce que certes, la suggestion « ne fume plus » va fonctionner par elle-même. Mais elle sera perçue par l’esprit comme un corps étranger et sera combattue de toutes ses forces par toutes les parties de votre esprit qui n’auront pas été prises en compte au cours de la séance.
Les suggestions sont très efficaces dans un spectacle d’hypnose, car elles permettent d’obtenir immédiatement des effets spectaculaires. Mais elles sont temporaires. Si un hypnotiseur de spectacle déclare à un homme qu’il est une femme, cela fonctionnera pendant la durée du spectacle, mais ne durera pas plus de quelques minutes ou quelques heures.
On appelle « homéostasie » l’équilibre naturel qui se fait en nous entre toutes les composantes physiques et psychiques de nous-mêmes.
L’hypnose pour l’arrêt du tabac telle que je la pratique s’inscrit en profondeur : elle crée un nouvel équilibre.
Pourquoi est-ce que je travaille en une seule séance d’hypnose pour l’arrêt du tabac ?
L’hypnothérapie est la mère de toutes les thérapies brèves. Par rapport à la psychanalyse qui est une méthode lente, l’hypnothérapie a pour objectif de vous amener le plus rapidement possible à vous libérer de votre addiction. Toutes les méthodes d’arrêt du tabac par l’hypnose sont rapides, en ce qui me concerne je travaille dans mon cabinet parisien du XIe arrondissement en une seule séance pour vous libérer de la cigarette.
 
J’expliquais plus haut que le mieux était l’ennemi du bien. J’ai donc cherché à savoir combien de séances exactement il fallait pour arrêter le tabac dans les meilleures conditions. En étudiant le travail de Milton Erickson ainsi que celui de ses élèves, j’ai découvert que l’inconscient travaillait depuis le début jusqu’à la fin sans avoir la capacité de s’arrêter.
 
Pour comprendre ce que cela signifie, il faut imaginer que l’on fait ses lacets. Pour faire ses lacets, on commence lacets défaits et l’on va jusqu’au bout du mouvement. Si on arrête en plein milieu et qu’on cherche à reprendre, on éprouvera beaucoup de difficultés à se situer à l’intérieur de l’acte. La raison en est que nous faisons si souvent nos lacets que c’est un acte quasi inconscient.
 
Rapportons ces observations à l’hypnose pour l’arrêt du tabac. Deux séances seraient-elles plus efficaces qu’une ? Dix séances seraient-elles plus efficaces que deux ? 
Non. Ce qui fonctionne le mieux c’est quand on ne fait qu’une seule séance et qu’on laisse le temps à l’inconscient de faire ce qui lui est demandé. Si on arrête la séance en plein milieu pour la reprendre la fois suivante, l’inconscient reprendra depuis le début à chaque fois, annulant le travail précédent.
 
Milton Erickson s’est aperçu à ce sujet que refaire la même séance effaçait la première séance. Pour prendre une autre analogie, imaginons que vous ayez décidé de repeindre votre maison. Si vous arrêtez en plein milieu, votre inconscient reprendra au début à chaque fois. Par ailleurs, si on lui donne plusieurs fois l’instruction de repeindre la maison, les couches de peinture vont s’accumuler. C’est utile en peinture, mais en hypnose ça ne l’est pas.
 
On serait alors en droit de se demander pourquoi je fais une seule séance qui peut durer jusqu’à trois heures pour l’arrêt du tabac, et pourquoi je propose sept séances qui durent moins d’une demi-heure pour la perte de poids.
 
Le tabac est un problème ponctuel. Vous n’avez un problème avec le tabac que dix à vingt fois par jour, quand vous fumez une cigarette. Le poids est un problème beaucoup plus global, qui touche aussi bien l’identité, l’image de soi, que les habitudes alimentaires ou l’environnement immédiat ainsi que notre entourage. Pour garder cette idée de la maison à repeindre, le tabac c’est un appartement en T1. Le poids c’est un manoir ! Donc à chaque séance pour l’arrêt du poids nous traitons une seule pièce, différente à chaque fois. C’est la raison pour laquelle chaque séance est efficace, mais chaque séance s’attaque à un aspect du problème.
 
C’est en travaillant en une seule séance pour l’arrêt du tabac et plusieurs pour la perte de poids que j’obtiens les meilleurs résultats. Chaque habitude, chaque réflexe que le fumeur a mis en place durant ses années de tabagisme doit être enlevé en une seule fois. 
 
La séance se déroule en deux temps. Le prétalk et l’hypnose formelle. Beaucoup de personnes croient que tout se fait au cours de l’hypnose formelle. En vérité, l’essentiel de mon travail s’effectue pendant le prétalk. Pendant le prétalk, deux choses fondamentales se déroulent, sans que vous n’en ayez conscience.

9/10 sur arrêtent. J’en ai fait arrêter plus de 3000 personnes.

Personne se disant souffrir de douleurs suite à une ablation du sein et chimiothérapie (une séance), et tabac (une séance).

Personne se disant souffrir de dépression et arrêt du tabac (une séance) (avant/après).

104 rue Oberkampf 11ème Paris
Appelez-moi pour prendre rendez-vous !
09.62.67.56.04

L’importance du Pretalk dans la séance d’hypnose
La première est que j’identifie vos mots. Pas n’importe lesquels : les mots que vous employez aujourd’hui lorsque vous manifestez votre désir de vous libérer de votre addiction. Lors de l’hypnose formelle, c’est ce qui fait la différence entre une suggestion et une réinitialisation. Une suggestion ne dure pas dans le temps. Une réinitialisation, parce qu’elle vient du plus profond de vous-même, est capable de changer durablement votre orientation à la réalité vis-à-vis de la cigarette. Pour le dire plus simplement, vous pouvez être dégoutés de la cigarette (suggestion) tout en ressentant le besoin de fumer (car dans votre orientation à la réalité, vous êtes toujours un fumeur). À contrario, lorsque l’hypnose permet une réinitialisation de votre rapport à la réalité, c’est-à-dire que vous savez et ressentez profondément que vous êtes non-fumeur, vous pouvez très bien tolérer la présence d’un fumeur dans votre entourage sans que cela vous provoque de haut-le-cœur ou le désir de vous y remettre.
Au cours du prétalk, je travaille également à créer un cadre favorable. Parce que l’hypnose revêt une dimension psychologique, la place que je prends en tant que thérapeute est prépondérante. Votre inconscient a besoin de savoir que je suis quelqu’un de solide et que j’ai du répondant. Il a également besoin de savoir comment se comporter avec moi et pour cela, votre attitude est également de première importance. Pour l’expliquer très simplement, j’ai besoin que vous soyez présent et que vous obéissiez. Par exemple, si je vous demande de vous asseoir et que vous faites quelque chose d’autre, comme par exemple me demander où se trouvent les toilettes, votre inconscient fera de même lorsque je lui demanderai d’arrêter de fumer : il ignorera ma demande, esquivera ou n’en fera qu’à sa tête.
J’appelle cette étape « prendre le lead ». Une fois que j’ai le lead et que j’ai identifié vos mots, nous passons à l’hypnose formelle.
L’arrêt du tabac se fait en une seule séance et sans substituts nicotiniques. C’est une méthode naturelle, sans aucun risque sur la santé, et prouvée scientifiquement (changements physiologiques visibles par IRM). C’est une méthode qui permet d’arrêter de fumer tout en douceur, et qui ne provoquera ni sensation de manque ni frustration.

« La première chose à faire en psychothérapie est de ne pas essayer de contraindre l’être humain à modifier sa manière de penser ; il est préférable de créer des situations dans lesquelles l’individu modifiera lui-même volontairement sa façon de penser. » 

Milton Erickson

Pourquoi c’est une méthode naturelle ?
L’hypnose est une méthode naturelle à plusieurs égards.
Premièrement, l’hypnose n’utilise pas de substance chimique, la voix est mon seul outil. Cette particularité de l’hypnose fait qu’elle est de plus en plus utilisée dans les hôpitaux, où elle permet de réaliser des opérations chirurgicales en diminuant les doses d’anesthésiants. Contrairement à ce que l’on pense, la plupart des opérations sous hypnose utilisent malgré tout les anesthésiants pour des questions de rapidité et d’efficacité, mais l’hypnose permet de maximiser leur emploi en réduisant les doses. Ainsi l’utilité du produit est décuplée tandis que les patients restent éveillés et gardent une certaine tonicité.
Ensuite, l’hypnose repose sur un mécanisme naturel. Pendant longtemps les chercheurs ont pensé que l’hypnose dépendait des suggestions. Qu’elle n’existait pas en dehors des suggestions fournies par l’opérateur. Ainsi ils observaient qu’en suggérant à leurs sujets qu’ils étaient soit toniques soit léthargiques, leur état changeait tellement qu’il était impossible de définir l’hypnose par rapport à l’état dans laquelle la personne se placerait.
Indépendamment de l’état visible de la personne hypnotisée et des suggestions qui lui sont faites, nous savons aujourd’hui que derrière l’hypnose, c’est en réalité un principe physiologique de régénération qui existe. C’est un état qui n’a pas besoin d’hypnothérapeute pour exister, qui existe naturellement chez chacun de nous, l’hypnothérapeute a simplement appris à l’utiliser avec précision pour aider les gens à se libérer de leurs addictions, traumas, ou encore pour parvenir à franchir une étape de vie.
Enfin, l’hypnothérapie ericksonienne est naturaliste. C’est-à-dire que plutôt que de privilégier des solutions venues de l’extérieure, l’hypnothérapeute utilise les suggestions pour susciter des solutions intérieures, qui tiennent compte de la nature d’un individu. Chaque personne qui vient arrêter de fumer arrête à sa manière. Ma technique, c’est votre manière !
***
L’arrêt du tabac se fait en une seule séance, car pour le même objectif, une deuxième séance annulerait l’effet de la première. Ceci amenait Erickson à faire une séance unique qui pouvait durer plus de neuf heures d’affilée. Cette particularité de l’hypnose, où la séance suivante annule la précédente m’a amené à restructurer complètement ma technique pour faire perdre du poids, ce qui m’a ensuite servi à faire l’arrêt du tabac en une seule séance.
Comment se passe l’hypnose formelle ?
Pendant l’hypnose formelle, je me base sur le travail de Ernest Rossi, élève d’Erickson. Ce dernier a observé qu’il y avait un lien entre le travail hypnothérapeutique et l’épigénétique. L’épigénétique est une branche de la biologie qui étudie comment les expériences de la vie de tous les jours influencent l’expression du génome. Rossi pense que l’hypnose influence l’ADN, vous en saurez davantage en lisant l’article sur l’hypnose ericksonienne.
Je ne sais pas combien de temps va durer la séance d’hypnose pour l’arrêt du tabac, car je travaille avec des rythmes corporels de régénération. Ces rythmes sont de durée variable, en fonction de ce qui change dans le corps afin de devenir non-fumeur. La séance peut donc durer entre une et trois heures en hypnose profonde.
Ce qui se passe au cours d’une séance d’hypnose pour l’arrêt du tabac est très éloigné des shows télévisés. Dans le cadre de l’hypnothérapie, l’hypnose n’a rien de théâtral. La plupart des gens sont surpris de continuer à entendre la voix de l’hypnotiseur, même lorsqu’ils sont profondément « endormis ». En vérité, on ne dort pas en hypnose, même les volontaires d’un spectacle d’hypnose ont encore conscience de ce qu’il se passe lorsqu’ils sont sur scène.
L’hypnose est un état de repos où notre attention se tourne vers notre intériorité. C’est un état que nous traversons tous naturellement plusieurs fois par jour. Au cours de l’hypnose formelle, mon rôle est d’amener cet état puis de le stabiliser et de l’approfondir. Ainsi, il devient possible d’utiliser vos ressources naturelles régénératrices de façon stratégique dans le but d’une action précise et globale. Il devient possible de restructurer les différents éléments de votre personnalité qui s’affrontaient lorsque vous étiez un fumeur désireux d’arrêter, de manière à devenir un non-fumeur serein.
Ce travail utilise votre langage, vos mots, mais aussi votre langage corporel ainsi que les structures neuronales qui se cachent derrière l’architecture de votre addiction.
Erickson disait : « Ce que dit le patient n’est pas vraiment important, c’est ce que son langage corporel dit qui compte. »
Je suis incapable de faire des séances par internet pour l’arrêt du tabac, cela diminuerait trop le taux de réussite. En effet, il est impératif pour le thérapeute de se synchroniser avec la personne, d’avoir les mêmes mouvements verbaux, la même structure de langage. D’après moi, l’hypnose est liée aux neurones miroirs, ces neurones qui permettent aux bébés de se structurer en copiant les parents.
Certaines personnes confondent l’hypnose de spectacle et l’hypnose thérapeutique en raison de la présence – il est vrai fort troublante – du mot « hypnose » dans les deux. En conséquence, ces personnes peuvent légitimement se poser la question de leur hypnotisabilité. Si vous êtes allés à un spectacle d’hypnose que le l’hypnotiseur vous a déclaré « non hypnotisable », pouvez-vous quand même bénéficier des bienfaits d’une séance d’hypnose pour l’arrêt du tabac ?
Bonne nouvelle, la réponse est oui.
Pour bien comprendre cette réponse, il faut d’abord comprendre la différence entre l’hypnose de spectacle et la séance d’hypnose pour l’arrêt du tabac telle que je la pratique. L’hypnotiseur de spectacle cherche à dissocier le volontaire. La plupart des personnes, lorsqu’elles descendent de la scène, déclarent donc qu’elles étaient conscientes de tout ce qu’il se passait, mais qu’elles ne pouvaient pas faire autrement que constater qu’elles agissaient conformément aux instructions de l’hypnotiseur.
Dans une séance d’hypnose pour l’arrêt du tabac, au lieu de chercher à produire une dissociation psychique, je cherche au contraire à provoquer une réassociation corporelle. C’est-à-dire qu’au lieu de chercher à ce que vous soyez à côté de vos pompes, afin de pouvoir donner des instructions amusantes à votre corps, comme le fait un hypnotiseur de spectacle pour amuser son public, je cherche au contraire à ce que vous soyez bien dans vos baskets.
Pour poursuivre dans cette métaphore, lorsque vous êtes bien dans vos baskets, c’est toute la position de votre corps qui change. Votre tête qui se redresse, vous respirez mieux. Les épaules se détendent et votre marche se fait plus souple. Vous ne pensez pas à vous tenir plus droit, c’est votre corps qui pense, lorsque vous êtes bien installé. J’utilise dans le prétalk des stratégies d’hypnose sans hypnose afin que vous soyez bien installés, bien dans vos baskets. Et j’utilise l’hypnose formelle pour, en quelque sorte, inviter votre corps à réfléchir, à se reconnecter à ses sensations. Cela instaure une toute nouvelle dynamique, un mouvement qui s’opère depuis l’intérieur et qui amène les meilleures solutions pour vous. Les comportements les plus durables puisqu’ils proviennent de vous-même.
Lorsque vous entrez dans mon cabinet, je me synchronise sur vous et je cherche à obtenir le lead. Dès que j’ai le lead, j’entre en état d’hypnose. Vous ne vous en apercevrez pas, car c’est mon travail et je fais cela depuis des années. Quand j’ai le lead et que j’entre en état d’hypnose, vous aussi vous entrez en état d’hypnose. C’est mécanique. Ce n’est pas une question de confiance ou d’être hypnotisable ou non.
C’est la raison pour laquelle, même si vous n’êtes pas un « bon sujet » pour les spectacles d’hypnose, vous pouvez tout à fait bénéficier d’une séance d’hypnose pour l’arrêt du tabac. Malgré l’homonymie des termes, il ne s’agit pas de la même hypnose, l’hypnose que je cherche à produire étant un état de régénération naturelle que chacun expérimente sans s’en apercevoir plusieurs fois par jour.
Témoignages
Je ne veux en aucune manière faire croire que ces résultats sont systématiques. Ces vidéos sont ici seulement pour montrer ce que parfois l’hypnose peut faire.
« Après une séance de 50 minutes (et 30 mns de « pré talk« ), j’ai ressenti un bien-être … et plus du tout envie de fumer, aucune envie, pas de stress … le paquet de cigarettes peut rester sous mon nez et je n’en ressens absolument pas le besoin … ça faisait 30 ans que je fumais, pendant longtemps j’ai fumé 2 paquets par jour … « 

 

Autres témoignages et avis